Bujar Tafa në gjuhën franceze - Bota Sot
Bujar Tafa në gjuhën franceze

Kultura

E enjte, 20 shtator 2018

Bujar Tafa në gjuhën franceze

Nga: Baki Ymeri Më: 14 mars 2018 Në ora: 09:17
Kopertina e librit

Bujar Tafa është ëndërrimtari kosovar i dimensioneve europiane. Pas rikëndimit të lirikës së këtij poeti të shquar kosovar në gjuhën rumune, angleze dhe gjermane, këto ditë e pa dritën e botimit vëllimi i tij më i ri “Mon triumphe/Triumfi im”, me 50 poezi në gjuhën franceze, në përkthim të poeteshës Ecaterina Chifu. Konform kritikës letrare “Bujar Tafa ka propozuar që përvoja e jetës, përjetimet, dashuria, dhimbja, urrejtja, kujtimet të jenë më të kompensuara, të metaforizuara, të rikrijuara, të ridhuruara sipas kuptimit dhe hijeshisë me të cilat i mvesh vargjet. Nuk i lë vend patetizmit të një syri të ftohtë. Nganjëherë, diskursi i tij poetik kaplon përmasa prozaike, tjetër herë faniten nuanca grandilokvente, të sfidimit, sipas rastit, autori duke u “rivindekuar” metaforikisht, në hapësira ekstramondane, kur një grusht pluhuri në univers, ku e patëm gjetur ne atë zjarr. Tjetër herë, për të mos u dukur abstrakcione të thjeshta, apo parafrazime artefaktesh, fjalët zgjohen dhe poezia vë zotërim mbi botën që i është dhënë.” (Marius Chelaru). 

Autori na dhuron një hymn lirik të qëndresës kosovare ndër breza. “Bujar Tafa na jep një pasqyrim të lakmueshëm të poezisë së sotme moderne. Poeti, merr me vete dimensionet e jetës së tij, që nga fëmijëria e deri më sot, për të shfletuar të kaluarën dhe të sotmen, s`i procese jete në formatin e tij poetik. Poezia e tij është e kultivuar dhe e tërhequr në vijën e duhur të melodikës së një timbri të qartë, sepse metafora e përdorur në vargun e tij është e kapshme për çdo nivel të lexuesit për ta kuptuar porosinë e fjalës së shkruar, të vargëzuar në sistemin e vlerave poetike, që lexuesin e bëjnë të ndihet komod në leximin e kësaj vepre letrare.” (Remzi Limani).

Sipas Vladimir Muçës: Vepra poetike e Bujar Tafës vjen pranë lexuesit pas një serë  librash të botuara me kritikë letrare dhe hulumtime estetiko-stilistike. Sigurisht që jo vetëm përgjegjësia krijuese e autorit duket më e lartë, por dhe brumëzimi estetiko-stilistik, brumi me të cilin po gatuhet poezia, duke i prurë lexuesit një poezi me dukuri të reja, moderne, inteligjente, ku intertekstet duken si karburanti që zjarrmojnë shuminë e metaforave, tropeve e simboleve, të cilët e ushqejnë shumicën e poezive. Kjo parapërgatitje studimore u ushqye me këndvështrime të reja moderne, duke u bërë frut i punës krijuese, artikulim i vlerave më të mira poetike me opsionin e një vargu të lirë modern, ku mbretëresha metaforë, me nënkuptimoret e saj të është primadona e vargut poetik.

Përndryshe, Bujar Tafa u lind më 2 Janar 1976. Shkollimin fillor dhe të mesëm i kreu në Lipjan, kurse studimet universitare, pasuniversitare dhe të doktoraturës në Universitetin e Prishtinës. Është poet, kritik letrar dhe profesor universitar. Deri më tani ka botuar këto libra: Poezia e Agim Spahiut (Prishtinë 2008), Krijimtaria letrare e Mirko Gashit (Prishtinë 2008), Biografemat dhe ideografemat (Interpretim i librit poetik Lum Lumi, Prishtinë 2010), Parapoezi (Prishtinë 2014), Materia e zezë (Prishtinë 2016), Kontraste letrare (Recensione, Prishtinë, 2016), Mbreti im Dardan (Vëllim bilingv, shqip-rumanisht, Bukuresht 2017), My Dardan King (Poezi në gjuhën angleze, New York 2017), Mein Dardan  König (Në gjuhën gjermane, Amanda Edit Verlag 2018), Mon triumphe (Në gjuhën franceze, Amanda Edit Verlag, 2018). Kemi nderin që lexuesve tanë t’ia ofrojmë një pjesë të përkthimit në gjuhën e një vendi të shquar për kulturë, art dhe poezi.

COURTE BIOBIBLIOGRAPHIE

Bujar Tafa est un poète, essayiste, critique littéraire et professeur universitaire, né le 2 janvier, 1976. Il a fait l’école primaire et secondaire à Lipjan  et  des études universitaires, études de troisième cycle et de doctorat à l'Université de Prishtina (La République Kosova). Jusqu'à présent, il a publié les livres suivants: La poésie d'Agim Spahiu (2008), Création littéraire de Mirko Gashi (2008), Biographèmes et Idéographèmes (Interprétation du volume poétique Lum Lumi, 2010), Parapoésie (2014), La matière noire (2016), Contrastes littéraires (Comptes-rendus, 2016), Mon roi Dardan (en roumain et en albanais, 2017), My  Dardan King (en anglais, 2017), Mein Dardan König (en allemand, 2018), Mon triumphe (en français, 2018).

MA MOITIÉ

Je prends ma part,  je la divise en deux,
Je prends l'autre moitié, je la divise en deux,
Je prends la moitié de la moitié
et encore une fois je la divise en deux.

Donc, pendant des années,
jusqu'alors que ma moitié
ne finira jamais.
 

MON TRIUMPHE

J'ai vaincu ma souffrance,
J’ai transformé en plaisir mon horreur.
Je suis content de voir ma souffrance,
la pauvre, seule qui souffre
à cause de moi.
 

MA CONFESSION

I.
Ma confession est bien comprise après la pluie,
quand un humanoïde avec son petit enfant
se promènent dans le musée, sur les marches de l'histoire.

II.
J'ai appris tôt à attraper le sourire,
J’ai appelé ces moments le paradis.
Tu te souviens, quand tu m'as fait un oiseau,
tu voulais que je garde une feuille,
pour aller au-dessus du monde.
 

MIRAGE

Je ne peux pas écrire en plus
Un spasme est né de l'horizon,
Un mirage.

On dit la vie,
et le regard.

Et tout est un rêve,
avec l'âme
qui soupire
et rêve
un printemps.
 

LA DEUXIÈME NOUVELLE DIVINE

Félicitations pour les esclaves!
On annonce la deuxième nouvelle divine :
Nous ne vous tuerons en plus.

Vous n'avez ni le droit de mourir.

Nous ne pouvons pas sans vous.
Nous voulons juste vous dire :
Félicitations !

Soyez bénis!
 

JE TE REGARDE

Je te regarde,
comment tu ris, pleures, comment tu deviens folle
en embrassement
ta peau blanche comme le lait.

Et ta langue la plus douce du monde,
ne sait aucun mot
pas du tout
Seulement ton  regard, ton amour et ton silence.

Pourtant,
Toi, tu es céleste.

 

LA PLUS BELLE CHANSON

Ce n'est pas vrai que la plus belle poésie
n'a jamais été écrite.
Ce n'est pas vrai que la plus belle chanson
n’a jamais été chantée.

Moi...

Je me souviendrai de toi,
Pendant une profonde vieillesse,
une soirée d'été,
quand je chanterai
Mon amour, mon amour...

Quand ma voix épuisée sera prise par l'univers,
la plongeant dans l’abyme infini,
qu’elle se confronte
avec ta voix aiguisée...
Oooh! Ma chère…
 

AU-DELÀ

Au-delà du mur il y a des fleurs,
comment deviendrai-je des larmes,
comment devenir un sourire ?!

Au-delà du mur, il y a des jardins
et comment deviendrai-je une chanson ? !

JE NE PENSE PAS

Je ne pense pas,
chaque fois que je pense, je meurs,
Je meurs et  je vais en enfer.

Chaque fois  que je pense,
Je ressens de la douleur.

Je bois un peu de poison,
Je ne ressens plus de douleurs
Et je ne pense pas,
Seulement je me tais et j’écoute.
 

LUTTE


Et, dans l'espace
une poignée de poussière dans l'univers,
où  avons-nous trouvé ce feu,
où avons-nous trouvé ces pierres-là
ces mots-là?

Mais le vaillant n'est pas malade,
il a seulement la passion plus puissante
et une main légère.

 

ANNONCIATION DIVINE

Mes fils,
Vous êtes autorisés à vous nourrir
de la chair de vos esclaves.

Et Marie conduit la voiture
Christ et moi, nous sommes assis à l'arrière,
Bébé à bord
Nous mélangeons l'imagination,
Le mirage, le réel.

Il crie, je crie
Vas au diable Disneyland!
Merde Bing Bang!
 

MESSIEURS VICIEUX

 

Je me souviens de la légende
à propos des vices étranges des dieux antiques,
sur le sacrifice des enfants.

les ascètes, pics
des civilisations préhistoriques,
ils avaient leurs Juifs, leurs chrétiens,
les Musulmans, leurs Nègres.

Ils avaient leurs envahisseurs,
leurs esclaves,
leurs dieux avec des vices.

C'est pour cette raison que je t'ai tué,
pour cette raison
nous avons tué tes femmes,
Afin que notre Dieu
Ne se fâche pas envers nous.
 

MONOTONIE

 

héros,
traîtres,
mode ennuyeux,
flirts fatigants,
armoire fatiguée,
les mêmes amis fatigués,
les mêmes ennemis fatigués,
les mêmes produits cosmétiques fatigués,
noir blanc tout aussi fatigué,
meurtres fatigués, masques fatigués,
amour fatigué, chatte ennuyée,
Où est la pluie cosmique
pour laver mon visage, me transfigurer
avec des pluies acides.
Je n'ai pas besoin de mon visage, je n'en ai pas besoin
ni de l'âme.
Sois heureux l’homme sage !

 

MUSE

Un peu de terre,
un peu d'ennui,
un peu de tristesse.

Partout seulement le Noir.

Les feuilles tombées sur le rebord
dépêche-toi sortir, toi, mot
embrasse un peu la muse!

 

MAMAAAAN, MÈNE-MOI AU SEIGNEUR !

Serre-moi dans tes bras, de nouveau, maman!
ma première créatrice,
serre-moi sur ta poitrine,
ressentir ton amour divin,
pendant que tu effaces mes larmes
et  tu murmures de douces chansons,
tais-toi
mon fils
tais-toi, taiaiaiais-toi!

TRIUMPHE


Je ne me souviens pas de triumphe.
Je me souviens juste d'une balle,
un harmonica rouge
dans la cour,
une robe déchirée,
un vélo
et une chaussure de guerre dans la rue.
 

LIBERTÉ
 

Comme je suis devenu fou à cause de toi,
Je n'ai pas  tenu compte de mon âme.
Et toi, une nuit avec quelconque
une nuit avec un autre,
salope !

 

LA DESTINÉE DE KOSOVO

 

C’est Christ qui t’a fait,
d'innombrables croix
portent leurs poids

sur leurs dos.
Hélas!
 

PIERRE À LA TÊTE

Il n'y a plus rien d'autre
qu’une pierre à la tête
sans nom, sans prénom,
sans les dates de la vie,
nous nous sommes cachés dans le rêve.

Avec mes deux yeux je regarde
avec ta tête
sur la terre,
Je marche la tête renversée.

Les jambes ne deviennent pas des bras
il n'y a plus rien d'autre
juste une pierre à la tête
et l'étendue dans un rêve.
 

HISTOIRE

Un jour
J'ai dit aux enfants:
la mer est grande,
le ciel n'a pas de frontières
et le chasseur seulement dans les histoires
frappe le cerf en courant.
 

LE DERNIER VOYAGE

Dans mon chemin vers le paradis
 je rencontre beaucoup de gens,
Ils vont tranquillement, rêveurs
au plaisir absolu.

 

Je  les vois  l’un après l’autre
rangées sans fin,
jusqu'à ce que mes yeux soient terminés
dans la terre, sur mon herbe jaune.

 

MON ROI DARDAN

Nous nous sommes assis par terre quatre parents,
petit-fils, père, grand-père,
arbre.
Pas de terre, pas de patrie,
ni cendre, ni blé.

Les grosses pierres pressent sur notre tête,
nous sommes allongés sur la terre.

Les soldats noirs
coupent les arbres,
vigne, poire.
Ils nous ont laissés nus
Dardan, mon roi !

C’est ici le soleil,
C’est ici le vent,
où es-tu, père-roi ?
Déjà, nous ne voyons plus les soldats,
ni leurs lances,
notre champ est calme.

Respire un peu
mon vieux roi!
 

LE POÈTE EST L’ÉLU DU DIEU


Dieu a béni le poète,
lui a donné la moitié de la liberté,
Il l'a accablé de son amour.
Le poète est l’élu du Dieu.

Le seigneur est au-dessus des chrétiens,  Musulmans,  Juifs.
Le poète est un criminel,
Président, homme sal, capitaliste.
Fou, génie, croiseur, djihadiste,
ciel, enfer, mine, point,
la poésie n'est ni esthétique ni éthique.

Il est loin le temps pour les scélérats à la tête carrée.
Dieu a béni le poète,
le poète avec sa moitié de liberté.
Et la poésie n'est pas l'art du beau mot,
La poésie est la demi-liberté du poète.

 
C'est le don du Seigneur à son serviteur protégé.
La poésie t’attend, te coupe, te brûle
avec amour, avec peur.
Elle ne fait pas de calculs stériles.
Pro bono publica.

Sot mund të lexoni Shfletoni kopertinat
Sondazh
test